vous souhaite la bienvenue




Au croisement des musiques anciennes et des musiques traditionnelles,
explore un répertoire ouvert sur le monde et nourri de diversité.

Autour de la Veuze, cornemuse de l'Ouest de la France, cet ensemble instrumental de 4 musiciens
a su développer un langage musical original, porteur de sens et empreint de vitalité.

Du trobar occitan à l'Espagne des trois cultures, des Balkans aux rives de la Méditerranée,
au-delà d'une simple relecture, c'est un véritable travail de création qui est ici proposé.

L'interprète est au centre du jeu, au service d'une démarche artistique sans concession,
à l'image d'une cornemuse au timbre riche et au caractère bien trempé.




La Veuze, une cornemuse française comme ambassadeur culturel.

Un instrument singulier qui a failli disparaître au milieu du siècle dernier.

C'est l'ardeur de quelques passionnés, regroupés au sein de l'association "Sonneurs de Veuze", qui a permis la sauvegarde de cet instrument.

 


Notre démarche, sous la conduite d'Olivier Poggianti, s'inscrit dans la continuité de cette action, invite au renouveau et s'ouvre au champ des possibles.



Comme un pari sans cesse renouvelé,
la Veuze est ici jouée en duo,
à deux Veuzes égales ou Veuze et saxophone.

 

 


A l'unisson ou avec une seconde voix harmonisée, immanquablement soutenue
par les deux percussions traditionnelles,
tambour et karkabous.



Un héritage musical en permanence réinventé.


          Point de départ, le trobar occitan et son rayonnement en méditerranée.
          Le lien s'établit entre musique savante et musique populaire, musique sacrée et musique profane,
          musique écrite et musique de tradition orale.
          Les manuscrits auxquels nous nous référons témoignent quant à eux de la coexistence
          entre les cultures chrétiennes, juives et arabo-andalouses et de cette rencontre féconde avec l'Orient.

          Le dialogue s'instaure alors entre les peuples, comme un pont entre les cultures,
          un trait d'union entre les civilisations.

          Al Cantara, "le pont" en arabe, mais aussi le verbe "chanter" en occitan, espagnol ou encore italien,
          souligne pour nous cet échange entre des cultures invitées à fraterniser dans un même élan de partage
          et de tolérance.
          Des cultures et des styles qui se nourrissent au contact de l'autre, naturellement, sans rivalité,
          par simple "capillarité", renforçant le sentiment d'appartenance à sa propre tradition, démontrant que
          ce qui nous rapproche est infiniment plus fort que ce qui pourrait nous diviser.

          Il est alors temps de revisiter, confronter, questionner le matériel musical dans une approche critique
          et constructive qui traduit notre volonté de nous réapproprier ce patrimoine,
          avec toute la fougue et la passion qui nous anime.
          Le choix d'une interprétation créative et l'intelligibilité de notre propos restant au centre de nos préoccupations.

          Voilà tout le sens d'une démarche qui permet à quatre musiciens ancrés dans le 21ème siècle
          d'entrer en résonnance avec le public d'aujourd'hui.




"En tant que musiciens, nous sommes d’abord le produit de notre temps. Plus précisément, le résultat d’un équilibre individuel
–donc unique– entre notre esprit et l’esprit propre à l’époque où nous vivons. Choisir, en ce début de XXIe siècle,
de s’occuper d’un répertoire qui remonte jusqu’au XIe siècle implique de sentir au départ cette nécessité intérieure,
à mi-chemin entre vocation et passion. Ainsi, connaître les œuvres les plus représentatives du passé et les faire revivre à notre époque,
dans le respect des différents contextes historiques et stylistiques mais en dehors de tout académisme,
devient une façon essentielle de retrouver les sources même de notre civilisation.
Renouveler cet espace de création, d’improvisation et d’expérimentation, à travers le dialogue entre les différentes cultures et traditions,
c’est aussi gagner continuellement une place dans notre esprit pour toutes ces merveilles sonores qui ont façonné,
et doivent encore contribuer à l’épanouissement d’un des fondements essentiels de la civilisation humaniste des temps modernes :
la Musique, comprise comme véritable histoire vivante de l’humanité".


JORDI SAVALL
Cardona, Printemps 2005.